BREIZH DIVERS
Questions-Réponses
Poser une question

Aide

Clefs pour bien choisir son arbalète

Choisir son fusil de chasse sous marine

Les fusils de chasse sous marine se divise en 2 grandes familles:

  • Les fusils à air comprimé

  • Les arbalètes.

L'arbalète est de loin le type de fusil le plus utilisé et il existe pléthore de très bon produits sur une large gamme de prix.

Comme pour nombre d'autres pratiques, le besoin évolue avec l'expérience. Un chasseur sous marin expérimenté aura souvent plusieurs fusils pour s'adapter aux différents milieux et aux différentes techniques tandis qu'un chasseur débutant privilégiera un fusil polyvalent. C'est pourquoi dans cet aide nous allons nous intéresser a l'avantage que peuvent apporter les différentes caractéristiques d'un fusil de chasse sous marine.

Le Fût

Le tube d'un fusil se définit principalement selon les variables suivantes:

  • Sa longueur: plus un tube est long, plus il permettra des tirs précis à longue distance. Un long fut sera préféré sur des techniques d'affût (agachon par exemple) en eau claire tandis que pour faire du trou, on préférera un fut court. D'autre part, plus un tube est long, plus on prêtera d'attention à sa rigidité.

  • Sa composition: un fût d'arbalète peut-être en aluminium, en composite, en carbone ou en bois. Le tableau ci-dessous récapitule les principaux avantage de ces matériaux:

Fût

Aluminium

Fibre

Carbone

Bois

Commentaire

Précision

+

++

++

+++

Cintrage du fût fusil chargé

Légèreté

++

++

+++

+

Dans l'eau le bois ne pèse rien

Inertie

+

+

+

++

Recul au tir

Maniabilité

++

++

++

+

Dépends du volume

Facilité d'entretien

++

++

++

+

Pour un fusil bois, le huiler après chaque sortir ou refaire le verni régulièrement

Résistance

++

++

+

+++

Résistance aux chocs
 

Prix

+

++

+++

+++

Le carbone est moins cher que le bois sauf pour les monobloc en os de sèche

  • Son design et son volume: un tube de gros volume aura principalement une meilleur résistance au cintrage. Et plus vous aurez un tube résistant au cintrage, plus vous pourrez utiliser une grande puissance de chargement. Cela se fait malheureusement souvent au détriment de la maniabilité. Un bon compromis peut être le design en os de sèche qui permet de conserver une excellente rigidité en embarquant une grande puissance de chargement. C'est le cas par exemple pour les monobloc carbone de chez Bluegreen. L'autre point concerne l'intégration d'un rail de flèche ou simplement de guides. Si le rail intégral n'a pas un impact prouvé sur la précision du fusil, il ajoute indéniablement à la rigidité du fut et devient essentiel si votre fusil de chasse sous marine est muni d'une tête ouverte.

La crosse

La crosse se compose d'une poignée, et du mécanisme de gâchette.
La poignée peut-être ergonomique ou non, l'important c'est qu'elle tienne dans votre main et qu'elle ne glisse pas. Choisissez donc avant tout une poignée adaptée à la taille de votre main (volume et hauteur).

Il existe 2 type de mécanismes, le mécanisme standard et le mécanisme inversé. Avec un mécanisme standard, la flèche sera bloquée au niveau de la gâchette. Le mécanisme inversé, inventé par le fabricant Grec Pathos, permet de bloquer la flèche en arrière de la gâchette et de gagner ainsi de 5 à 10 cm de longueur. Un fusil à mécanisme inversé de 75 cm correspondra à un fusil standard de 85 cm.. Ce qui permet donc de meilleurs compromis puissance/maniabilité et un design plus dégagé. Par contre, avec un mécanisme inversé la crosse de chargement devient nécessaire. Le dernier point concernant la crosse est son design, une crosse avec un pontet dégagé offrira un meilleure visée et donc une meilleure précision pour tout type de tir

La tête

On distingue 3 type de têtes. La tête fermée présente l'avantage du prix et de permettre de visser les sandows dans l'axe ainsi qu'un chargement plus aisé tandis qu'avec une tête ouverte, on utilisera des sandows rapide uniquement et le chargement nécessitera un petit coup de main. Par contre elle sera plus légère et permettra des tirs plus précis, enfin une tête ouverte permet d'accueillir des flèches à encoche ou à ergot. Notez qu'un système de tension de fil sera nécessaire sur une tête ouverte et on vérifiera que le passe fil est suffisamment proportionné et solide pour que celui-ci ne glisse pas et tienne la flèche.
La tête mixte est une tête fermée fendu ce qui permet de repositionner la flèche plus aisément. Si vous passez d'une tête fermée à une tête ouverte, vous devrez corriger votre tir car aurez tendance à tirer trop haut (l'inverse étant également vrai mais je ne connaît pas un seul chasseur ayant fait le changement dans ce sens). Par contre, si passer d'une tête fermée à une autre tête fermé d'un design différent peut nécessiter une légère adaptation de visé, ce n'est pas le cas entre fusils à tête ouverte avec un axe de visée dégagée.

La configuration de chargement.

... Ou, comment est tenu le fil lorsque le fusil sous marin est chargé? Comment fixer un moulinet?

Idéalement, le mécanisme pour tenir le fil à la crosse et l'ergot en dessous de la tête doivent permettre de faire minimum 2 longueurs de fil avant de revenir au moulinet ou à l'attache de tête.
Pour les fusils à tête ouverte, l'un des inconvénient lorsqu'on utilise des flèches à ergots avec une attache sur l'ergot est le risque de pincer le fil entre l'obus et la flèche. Le design de la crosse permettre de palier à ce problème (en général, via un petit appendice plastique servant de déflecteur).

Quand au moulinet, il existe plusieurs mécanismes d'attache (rail, vis), l'essentiel est que ce mécanisme soit suffisamment solide et fiable pour permettre le maintien du moulinet en traction (a ce titre la meilleur des fixations reste la fixation par vis).

Le poids et l'équilibrage
Ce point est abordé pour la forme car les constructeurs connaissent leur métier et traitent ces paramètres avec attention. Un fusil, sans la flèche flotte. Son poids est compensé dans l'eau, naturellement pour un tube bois et par l'étanchéité et l'air contenu dans le tube pour Les tubes Alu, Composite ou Carbone...
En ce qui concerne l'équilibrage, le plus important. La principale chose à avoir en tête c'est que plus vous avez de lourdeur en tête, plus votre poignet fatiguera.
Sur les fusils de chasse sous marine "standard" l'équilibrage est fixe. Sur les fusils haut de gamme en bois ou en carbone, il existe des mécanisme de plombage (bois) ou de ballast (carbone) pour ajuster l'équilibrage de l'ensemble. Sur tout type de fusil, vous pouvez vous servir de la flèche comme variable d'ajustement, (si vous trouvez que votre fusil est trop léger en tête vous pouvez prendre une flèche plus longue). De même équiper votre fusil d'un moulinet, l'équipé d'une caméra, modifiera l'équilibre de l'ensemble

Le conseil de Breizh Divers

Comme je l'ai souligné au début de cette fiche, le choix d'un fusil doit être adapté à son besoin, besoin qui évoluera avec la pratique. Il n'y a pas un fusil idéal pour toute les situations, et il est nécessaire de faire des compromis pour bien choisir (la puissance et l'intertie au détriment de la maniabilité ...) néanmoins l'offre est suffisamment importante pour que vous trouviez dans votre budget un fusil de chasse sous marine adapté à 80% des situations de chasse auxquelles vous êtes majoritairement confronté. Dans tous les cas n'oubliez pas que ce n'est pas le fusil qui fait le chasseur

  • Si vous êtes débutant ou ne prévoyez d'acheter qu'un seul fusil, optez pour un tube polyvalent, entre 75 et 90. Un bon choix serait un 85 mécanisme inversé.
  • Si vous avez plusieurs fusils, privilégiez 1 seul type de tête (ouverte ou fermée)
  • Préférez les têtes ouvertes avec rail intégral et poignée dégagée et si vous avez un budget limité, privilégiez cela au fût.
  • Si vous êtes sur du 75, restez sur de l'Alu. Cela sera toujours ça d'économisé pour votre futur carbone ;-)
  • Optez pour le mécanisme inversé qui vous apportera un surcroit de polyvalence.
  • Si vous recherchez de la puissance, attention à la rigidité du tube et à l'inertie de votre fusil.
  • Si vous n'envisagez pas de charger en double sandow ou en mégabooster (diam 18 et +) alors un bon Alu est suffisant.

N'HESITEZ PAS A NOUS CONTACTER POUR TOUT AUTRE QUESTION.


Sélection
de fusils de
chasse
sous
marine


 
Clefs pour bien choisir ses palmes

Choisir ses palmes

Le choix d'une paire de palmes de chasse sous-marine ou d'apnée ne doit pas être laissé au hasard car on oublie bien souvent que c'est un élément clé majeur de votre sécurité et qu'à ce titre elle doivent être fiable et adapté à votre pratique et à vos contraintes.
Aujourd'hui, nous sommes loin de la paire caoutchouc monobloc, les progrès technologiques ont permis de grandes améliorations dans les voilures mais également dans les chaussons. Cela se traduit par un multiplicité de modèles de différente qualité et pour différents usages, et également de grandes amplitudes de prix.
Au delà de ces considérations, les 3 questions essentielles à se poser lorsque l'on choisi une paire de palmes sont:

  1. Quel est mon budget ?
  2. Quel est mon programme ?
  3. Quelle est ma pratique ?

L'objectif de cet aide est de vous donner des clés pour faire le bon choix en fonction de ces questions.

Monobloc ou à voilure détachable ?

Les palmes monobloc sont des palmes en matière plastique moulée. On y trouve des modèles à petit budget qui peuvent parfaitement convenir à la découverte ou la pratique occasionnelle d'un sport subaquatique comme des modèles qui conviendront parfaitement à une pratique en piscine. Pour ce qui est d'une pratique régulière en mer, on se dirigera vers une paire de palme à voilure détachable.
Ces dernières présentent 2 avantages principaux:

  • Un plus large choix avec toute la gamme des voilures composites (fibre de verre, fibre/carbone, pur carbone).
  • Le fait de pouvoir changer de voilure, donc de changer une voilure cassée ou usée (le chausson est plus durable que la voilure) mais également d'évoluer en fonction de sa pratique, de son budget.

Nous nous concentrerons dans cet aide sur les palmes à voilure détachable.

Les Chaussons

Les chaussons de palmes sont une partie importante de la palme. C'est par lui que l'énergie musculaire est transmise à la voilure.
Les chaussons sont composés d'une ou plusieurs gommes. La combinaison de gommes de souplesse différentes permet de s'adapter aux zones de contraintes pour un meilleur confort (coup de pied versus plante) et un gain de poids.

Le chausson est composé de 2 parties principales:
Le chausson proprement dit pour lequel les 3 aspects important sont :

  • le type: a sangle ou chaussant. Les chaussons à sangles permettent notamment de mettre chausson néoprène à semelle ainsi qu'une plus grande amplitude de pointure. Par contre, le pied est moins calé dans la palme et y est moins à l'aise. C'est pourquoi, les chaussons chaussants sont préférés pour la pratique de la chasse sous-marine ou l'apnée
  • le confort: le pied avec sa chaussette ne doit pas être comprimé. Cela est particulièrement important chez les coups de pied forts.
  • la semelle: la semelle doit être adapté au type de voilure que l'on utilise pour un transfert d'énergie optimal. Pour une voilure qui se courbera en bout, donc qui produira un gros retour sur la semelle il est important d'avoir une semelle assez rigide. A l'inverse, pour une voilure qui se courbe près du chausson, la rigidité de la semelle est moins importante.

Les armatures : leur rôle principal est de maintenir la voilure dans l'axe du chausson et non de participer au travail de la voilure, plus les armatures sont souples, plus la voilure travaille naturellement.

Enfin, le dernier point reste le choix de la bonne pointure de chausson. C'est comme dans un magasin de chaussure, la seule différence étant que vous mesurez la pointure de votre pied avec votre épaisseur de chaussette ou de chausson néoprène favori.
Un chausson de palme couvre en général 2 pointures, ce qui permet de s'adapter à différentes situation que sont le changement de chaussette néoprène pour une plus épaisse ou bien l'apnée profonde (le pied diminue de volume sous la pression et la palme peut flotter). Il faut donc adapter votre choix de pointure à votre cas et au besoin compléter avec un fixe palme.

Exemple:
Si vous chaussez du 40 avec des chaussettes néoprène de 2 mm. et que vous allez à l'eau l'hiver avec du 5, vous ne prendrez pas des chaussons taille 38/40 mais 40/42.

Les voilures

Il y a 3 critères importants à considérer lors du choix de ses voilures.
Le premier est le matériel. On distingue plusieurs types de voilure.

  • Les voilures en plastique qui ont le meilleur rapport qualité prix.
  • Les voilures en composite qui sont composée de fibre de verre et d'époxy, ces voilures sont parfaitement adaptées à des programmes polyvalents au départ de côte comme de bateau. Elles offrent une souplesse particulièrement appréciable lors des longues randonnées ou lors de longues chasses dans peu d'eau. Ces voilures constituent généralement le milieu de gamme en terme de prix avec des variations sur le design (camouflage...)
  • Les voilures hybrides carbone qui ont une âme composite recouverte de carbone. L'avantage de ces palmes par rapport aux précédentes réside essentiellement dans le fait qu'elles sont un peu plus légères et nerveuses et offrent donc un bonne compromis qualité/prix entre le composite et le pur carbone.
  • Dans le haut de gamme, on trouve la voilure pur carbone. C'est ce type de voilure qui vous offrira le meilleur rendement par rapport à l'effort fourni. En effet le carbone est une matière à mémoire exceptionnelle, ce qui permet à ce type de voilure une très grande dynamique lors du palmage. Les chasseurs et les apnéistes profonds adoptent ce type de voilure qui offre un surcroît important de sécurité à la remontée. Le prix de ce type de voilure est assez élevé.

Le deuxième point concerne la conception de la voilure, ses dimensions, le type de courbure, l'angle avec le chausson, l'équilibre entre surface de voilure et rail de coté et le dessin de pointe.
La largeur de la voilure va déterminer le déplacement d'eau et donc la capacité de propulsion alors que la longueur va plus impacter la courbure et donc le dynamisme de la voilure. C'est essentiellement la longueur qui peut être adapté à son programme, une voilure longue étant moins nécessaire dans des mers calmes. Les standards sont 20/22 cm. de large et 72/80 cm. de long.
Concernant la courbure de la voilure, on distingue essentiellement les voilures à courbure courte, des voilures à courbure longue.
La courbure courte se courbe d'abord au plus prêt du chausson pour ensuite former un U lors du palmage. Elle est adapté à un type de palmage assez droit et est particulièrement efficace pour des mers calmes et/ou pour de la descente. Ce type de voilure, avec le palmage adapté, fatiguera moins les jambes. Pour toute autre forme de palmage qu'un palmage droit, la courbure courte est déconseillée car la voilure risque alors de se courber excessivement pour rester efficace.

A l'inverse, la courbure longue se courbe d'abord en pointe de voilure et est plus adaptée à des programmes qui nécessitent de la puissance, de l'accélération et/ou de la plongée profonde.
Le rail de coté a deux fonctions, 1 adapter la voilure au chausson, 2 canaliser le flux d'eau pour éviter les glissement latéraux lors du palmage.  Plus la voilure est étroite, plus le rail devra être haut pour compenser. Cette balance est en générale bien réfléchie dans les voilures de bonne facture.
L'angle de la voilure avec le chausson détermine l'amplitude du coup de pied efficace au cours du palmage. L'angle optimal est de 22° ce qui est devenu le standard chez la plupart des fabricants.
La pointe de la voilure joue un rôle sur la stabilité lors du palmage.
Enfin la rigidité de la voilure. Pour faire simple, plus la voilure est rigide plus cela va tirer sur les muscles. Il faut donc que le choix soit adapté à la musculature de vos jambes. Sur une voilure carbone par exemple, on a souvent l'impression que les voilures s'assouplissent dans le temps alors que c'est votre musculature et vos chevilles qui se renforcent. Il vaut donc mieux commencer par une voile de rigidité souple à moyenne, quitte à évoluer ensuite. D'autre part, pour un programme en eau peu profonde avec beaucoup de nage en surface, une voilure souple sera souvent mieux adaptée alors que les voilures rigides conviennent principalement aux descendeurs.

Le conseil de Breizh Divers

Quelque soit le budget, privilégiez le choix du chausson quitte à évoluer en voilure ensuite. Il vaut mieux une voilure moyenne sur un bon chausson qu'une très bonne voilure sur un mauvais chausson.

  1. Si c'est une première acquisition, s'orienter vers des fibres ou des fibres composites en rigidité medium.
  2. Si vous évoluez dans la zone des 12 mètres, une bonne voilure composite ou hybride carbone sera amplement suffisante.
  3. Si c'est une première acquisition, choisir une voilure à courbure courte quitte à corriger son palmage.
  4. Si il s'agit de faire de la profondeur choisir des voilures de 72 à 80 cm. avec une rigidité minimum medium.
  5. Si il s'agit d'évoluer dans des zones de courant, préférez une voilure longue (80 cm.)
  6. Enfin, préférez un montage collé (Cf. Questions Fréquentes)

N'HESITEZ PAS A NOUS CONTACTER POUR TOUT AUTRE QUESTION.

Cet aide au choix a été élaboré en s'appuyant sur l'expertise du fabricant Sud Africain des voilures
Spierre, Pierre Linderberg.

 


Sélection
de
chaussons
et de
voilures


 
Choisir son vêtement néoprène

Bientôt en ligne

 
Choisir son masque

Bientôt en ligne

 
Choisir son tuba

Bientôt en ligne